Au delà des semblants, embrouille et savoir-y-faire

Radio-a ®

www.radio-a.com

 
Les formations de l'inconscient : le séminaire V de Lacan. Jacques Alain MILLER. Conférence donnée à l'occasion de la publication du séminaire 5 de Jacques Lacan, dans le cadre de l'Institut d'Études Doctorales (IED) de l' Université Toulouse II-Le Mirail PDF Imprimer Envoyer


(durée : 1h 54 mn 03s)

Publié le 17/02/1999 | Agnès TREMOULET.

Jacques-Alain Miller : Lacan dans le texte
Le Mirail

A l'occasion de la récente parution du Livre 5 du séminaire de Jacques Lacan, Jacques-Alain Miller est venu parler au public de l'université du Mirail de son ouvrage. Et rappeler par la même occasion les grandes lignes de la pensée lacanienne.

Jacques-Alain Miller auteur, ou «ôteur» de Lacan ? Le célèbre psychanalyste parisien, invité vendredi, de l'Institut d'études doctorales de l'université du Mirail (1), s'est largement attardé, en ouvrant sa conférence, sur cet exercice d'humilité. «Je ne peux pas dire que j'ai écrit ce livre, je l'ai simplement produit», insistait Jacques-Alain Miller, qui n'a cessé de rappeler que son travail ne s'apparente finalement qu'à celui de scribe. Un scribe scrupuleux qui aurait pris note des séminaires du grand Lacan et en aurait ôté ensuite toutes les erreurs de la sténographie.
Un ôteur en somme plus qu'un auteur. Une fois libéré de cette douloureuse étape de présentation de son ouvrage — comme étant celui d'un autre —, le brillant psychanalyste a pu enfin entrer dans l'oeuvre de Lacan.

L'autre

Et nous proposer une approche de cet auteur si intimidant sur lequel bon nombre de lecteurs se sont une fois dans leur vie cassé les dents. Pour expliquer le statut fondamental de l'autre dans la pensée lacanienne et surtout dans la structuration de l'inconscient, JacquesAlain Miller est parti de l'exemple du mot d'esprit. Emprunté à Freud dans son ouvrage Le mot d'esprit et ses rapports avec l'inconscient. «Un mot d'esprit ne fait jamais sans la présence de l'autre. Il implique la nécessité de le communiquer à autrui. En fait, l'adresse à l'autre est toujours présente», rappelait Jacques-Alain Miller.

Qui expliquait que la structuration de l'inconscient humain est identique au processus du mot d'esprit. C'est à dire qu'elle est inséparable de la médiation de l'autre.

«La formation de l'inconscient prend sens par rapport à l'autre, après coup», expliquait le psychanalyste. Exactement comme dans la cure analytique, où c'est en signifiant son histoire à l'autre (le psy), que l'on comprend après coup le sens de sa vie. Et le psychanalyste de rajouter «le sens est toujours ailleurs que là où on l'attend car on parle toujours à partir de l'autre». Tout comme on exprime son désir toujours à partir de l'autre. Et pour illustrer ce propos, Alain-Jacques Miller donne une image, dont les psychanalystes ont le secret.

«L'enfant n'a jamais besoin de faire caca mais est dans le désir de sa mère de faire caca». Tout est dit.

[NOTE] ______ (1) Sur la proposition du Collège clinique, une structure d'enseignement de la psychanalyse. Rattaché à l'Institut du champ freudien dont Jacques-Alain Miller est le directeur, le Collège, constitué d'une dizaine de psychanalystes de la région, propose une étude de Freud et Lacan dans la perspective de lecture que professe Miller.
Mise à jour le Dimanche, 11 Décembre 2011 21:47