Au delà des semblants, embrouille et savoir-y-faire

Radio-a ®

www.radio-a.com

 
LA REGLE DU JEU - LES 30 ANS DE LA MORT DE JACQUES LACAN - PDF Imprimer Envoyer

 

  VOUS ENTENDEZ EN CE MOMENT LA DIFFUSION DE LA MATINEE DU 18 SEPTEMBRE 

 VOUS POUVEZ EGALEMENT ASSISTER A CES EVENEMENTS EN REGARDANT LES VIDEO
SUR LE SITE DE LA PUBLICATION DE BERNARD HENRI LEVY.

CLIQUER ICI :     LA REGLE DU JEU

 PERCER LE JEU DE LACAN
 
(durée : 2h 15 mn 56s)

 L'AMOUR DE LACAN

 
(durée : 1h 51 mn 07s)

 LACAN LITTERATURE LITURATERRE

 
(durée : 2h 09 mn 41s)

*

UNE INFORMATION DE LACAN QUOTIDEN

Miller & Sollers, le 6 septembre dernier, à Montparnasse,
étaient invités par l’Ecole de la Cause freudienne, à répondre aux questions de Martin Quenehen,
pour lancer la Rentrée Lacanienne.

Vous vous souvenez ? Vous les avez ratés ? (Re)découvrez Jacques-Alain & Philippe
en lisant :
SOIREE LACAN, la 3e Lettre à l’Opinion éclairée, chez Navarin,
après Vie de Lacan (1) et Roudinesco, Plagiaire de soi-même (2).

Parution en librairies le 17 novembre. Disponible dès maintenant sur ECF-echoppe  
http://www.ecf-echoppe.com/index.php/soiree-lacan.html <http://www.ecf-echoppe.com/index.php/soiree-lacan.html>

Ceux qui étaient là, qui ont tout entendu, (re)trouveront aussi, parmi les annexes,
une lettre de JAM du 7 avril 2005 :
« Pourquoi devrais-je recevoir de vous, chère Elisabeth, je vous le demande, des leçons de rigueur agrémentées de l’injonction d’avoir à me taire ? » (3).

(1)    Vie de Lacan, Jacques-Alain Miller, Navarin, septembre 2011
(2)   Roudinesco, Plagiaire de soi-même,
suivi de Lacan, Maurras et les Juifs, Nathalie Jaudel, Navarin, octobre 2011
(3)   Lettre de Jacques-Alain Miller, Journal des Journées, 7 avril 2005, Soirée Lacan, Navarin, novembre 2011)



Miller & Sollers SOIREE LACAN

 

Quelques années plus tard. Chassé de la rue d’Ulm, Lacan s’insurge ; il trouve en Sollers son paladin, tandis que Miller, ayant viré mao, milite pour « la cause du peuple ».

Aujourd’hui : l’écrivain et le psychanalyste se félicitent d’être toujours là, manœuvrant de conserve, dans le 6e arrondissement, contre ces « faussaires » dont parlait Lacan, « toujours de service sous la bannière de l’Esprit ».

 

Ils évoquent Lacan, mort il y a trente ans. Mais rien de crépusculaire dans cette messe du souvenir : c’était leur jeunesse. Lacan harponne Philippe, 27 ans ; il croit avoir affaire à un thésard ; puis il s’aperçoit que ses expériences d’écriture ont conduit ce garçon dans le voisinage de ce que lui-même tente au moyen de la parole. Elève d’Althusser, Barthes, Derrida, Jacques-Alain, normalien de 20 ans, lit le « Rapport de Rome », en est comme foudroyé ; il rencontre Lacan, qui dialogue sans façons avec Platon et Descartes.

Mise à jour le Vendredi, 07 Février 2014 18:13