Au delà des semblants, embrouille et savoir-y-faire

Radio-a ®

www.radio-a.com

 
PDF Imprimer Envoyer

      

  CETTE JOURNEE A EU LIEU LE 22 NOVEMBRE 2014 

   

 

LM 296 - MARS 2011-

 Revue des ACF

 YASMINA PICQUART ET LEONARDO SCOFIELD :

" POUR PARLER DE LA VIE"

  LE CENTRE KIRIKOU (PARIS)

 

      29, Bd Bessières      
    
Paris 17e.      
   01 44 85 95 21   

Il y a près de sept ans, Yasmina Picquart créait en plein cœur du XVIIe arrondissement

parisien une structure d’accueil, baptisée « Kirikou »,

sur le quartier des Epinettes. Point d’orgue d’une vie à l’écoute des autres.

par Véronique BLOCQUAUX ( cliquer sur le lien ci-dessous pour accéder à l'article)

http://www.reforme.net/archive2/article.php?num=3227&ref=2353

*

 Présentation de Kirikou faite lors de

la rencontre 2007 du champ freudien

Le centre Kirikou a été ouvert , 29, Bd Bessière, dans le 17e arrondissement, en décembre 1999 par l’association « Réel Symbolique Imaginaire La Ressource ». Le centre accueille 80 à 120 enfants de 3 à 20 ans chaque jour d’ouverture. 400 enfants de moins de 17 ans sont inscrits dans l’année, auxquels s’ajoute l’accueil des jeunes adultes et des adultes. Ce centre, créé à l’initiative de psychanalystes qui veulent agir dans la cité, avant d’être une nouvelle institution, est un nouveau concept, une nouvelle démarche, dont le fonctionnement institutionnel se situe au croisement du discours social et du discours de la psychanalyse.
Nous organisons depuis quatre ans des temps de formation mensuels pour les acteurs du social : des déjeuners à plusieurs, un séminaire mensuel, un colloque annuel.
Tourné principalement vers les enfants et leur environnement social, il s’agit par l’intermédiaire d’activités « classiques » (accompagnement scolaire, ateliers et sorties culturelles) d’offrir un lieu où chacun peut venir dire son ou ses soucis. Nous avons trois portes d’entrée : un axe de consultations avec les psychanalystes, un axe culturel avec des artistes et un axe d’accompagnement social avec des professionnels, avocats, juristes, assistants sociaux.
Nous offrons un lieu où les enfants peuvent venir, pousser simplement une porte, pour rencontrer un psychanalyste. Nous voulons faire savoir qu’un acte est un acte de parole et offrir la qualité d’un cabinet d’analyste aux enfants qui ne savent pas qu’il peut exister un lieu pour dire.
Les parents, les enfants, les jeunes savent qu’ils peuvent venir faire appel, c’est acquis. Ils savent qu’ils seront accueillis, écoutés, aidés et que leur secret sera bien gardé mais qu’il sera partagé avec un Autre.
Les enfants qui ont fait le choix de l’adresse au psychanalyste, ont vérifié que, par la parole, une difficulté devient un problème à résoudre, une mise en mots (maux) d’un malaise, une mise en symptôme.
Kirikou est un lieu où chacun, chaque sujet, trouve ce qu’il vient y chercher. Comment s’organisent-ils avec la demande? Les enfants sont demandeurs pour un problème ponctuel. Quand la situation est réglée, ils interrompent. Ils reviennent d’eux-mêmes s’ils en éprouvent le besoin. Ils en font alors la demande. « Je veux te parler mais seule ». Les adolescents sont d’abord dans un « vouloir comprendre pourquoi ça va mal ». Les demandes se font dans l’urgence d’une situation explosive. Certains poursuivent aujourd’hui un travail analytique depuis plusieurs mois. Les adultes, le plus souvent des parents, viennent quand ils ne contrôlent plus ce qui se passe avec leurs enfants, ils viennent le temps nécessaire à la résolution d’un problème pour leur enfant. Par ailleurs, aujourd’hui, plusieurs parents se sont engagés, hors institution, dans un travail analytique.
Devant la demande, nous avons ouvert depuis un an un deuxième lieu de consultation sur le quartier.

*

  AUTRES ECRITS DE YASMINA PICQUART

L'Autorité et le désir

PICQUART Yasmina. Bibliothèque Confluents, 12/2007, n° L'autorité en question(s) :

 ses variétés cliniques et politiques. - p. 103-108

Kirikou, la joie du désir : entretien 

 PICQUART Yasmina. Horizon, 01/2001, n° n°25. - p. 39-42

Le premier forum de l'Envers de Paris

PICQUART Yasmina. L'Envers de Paris, 01/1998, n° n°14. - p. 23

Une visite chez Emmaüs

PICQUART Yasmina. L'Envers de Paris, 12/1996, n° n°9/10. - p. VI

Je n'en ai que la musique

PICQUART Yasmina. L'Envers de Paris, 04/1995, n° n°3/4. - p. 9

La métaphore pour secours

PICQUART Yasmina. La petite Girafe, 04/2010, n° n°31. - p. 46-49

*

 

 

 

Mise à jour le Dimanche, 23 Novembre 2014 15:57