Au delà des semblants, embrouille et savoir-y-faire

Radio-a ®

www.radio-a.com

 


LA CERTITUDE DE RAYMOND ROUSSEL PDF Imprimer Envoyer

La période qui circonscrit l’écriture du  premier poème connu de Raymond Roussel comprend quatre  événements d’importance : sa sœur Germaine se marie en avril 1893 avec Charles Letonnelier Comte de Breteuil ; en octobre 1893 Raymond Roussel est admis à l’unanimité du jury, au Conservatoire de Paris, dans les classes de piano, après plusieurs tentatives et alors qu’il a seize ans et huit mois.[1] (Sa mère, qui adorait la musique, lui fit quitter à l’âge de 13 ans le lycée pour le conservatoire et, pour son instruction, fait venir des précepteurs à la maison.[2]); En mars 1894, naît Robert de Breteuil, enfant de sa sœur ; le 6 juillet de cette même année, son père Eugène Roussel, décède brusquement Dans cette période, la proximité temporelle de l’admission à « l’unanimité »  au conservatoire et la mort de son père peuvent nous interroger sur leur rapport causal avec l’événement qui survient alors, et dont témoigne le poème « Mon âme ». On nous dit qu’excellent musicien, la musique laissait pourtant insatisfait le jeune Roussel car il n’arrivait pas à composer des mélodies. Il délaisse donc cette activité pour l’écriture. C’est bien plus tard qu’il saura se faire applaudir pour ses imitations de musiciens, en utilisant son talent pianistique. L’évènement dont il va s’agir est la premier d’une série de  trois, d’un processus de désintégration subjective en trois temps : le premier à 17 ans dont témoigne le poème « Mon âme », le second deux ans plus tard alors qu’il écrit son roman en vers La doublure, le troisième à la parution de celui-ci le 10 juin 1897 à la suite duquel l’écrivain décide de consulter Pierre Janet. René Fiori

Mis à jour ( Mardi, 15 Février 2011 22:22 )
Lire la suite : LA CERTITUDE DE RAYMOND ROUSSEL